Presse

Coachs, la face cachée de la performance

17e Open GFD Suez de Cagnes-sur-Mer

Souvent dans l’ombre, les entraîneurs laissent parler leur passion et leur altruisme. Rencontre avec ceux qui façonnent et cisèlent les championnes.

La lumière est l’ombre. Sur un point, un poing dressé se reflte, comme dans un miroir.
Le partage lors d’un succès dure une fracton de econde, arrache l’entraîneur de sa réserve réglementaire. La partie rangée, écrasé par les regrets ou porté par le succès, l’entraîneur reste trop souvent dans l’ombre de ces championnes dont il contribue de manière certaine à la réussite.
Coach, quel métier ! D’autant qu’il exerce mille boulots et coiffe mille casquettes à la fois, contremaître, géomètre-arpenteur, ingénieur-conseil, guéisseur des âmes, dégonfleur de “bulbes”, papa-poule, père-fouettard, maréchal des logis, confesseur d’états d’âme … La liste est non exhaustive et reste ouverte.

Un rôle déterminant

Le coach a un rôle déterminant. Il m’apporte son soutien, me communique de la confiance croiten nous. Il doit être sûr de lui” résume Manon arcangioli, 19 ans, issue de la Ligue de Normandie, actuellement membre du CNE de Roland-Garros et 460e joueuse mondiale. Entraînée tout comme Cholé Paquet, elle insiste sur l’expérience du haut niveau de son coach, Stéphane Huet ” Il a été top 100, connaît le circuit. Ça aide forcément. On forme une équipe“.
L’entraîneur, cet alchimiste à l’apport précieux est conscient de l’infinie richesse de son “job”.
“J’adore la compétition. et puis les journées ne sont jamais les mêmes. c’est très enrichissant”, glisse Mehdi Daouki, ancien négatif, ncoach à l’académie de Patrick Mouratoglou et entraîneur de m’aéricaine Sachia Vickery (189e).
C’est un métier passionant, où l’envie de transmettre un vécu est omniprésente, insiste Nathalie Tauziat, vainqueur notamment de Wimbledon et aujourd’hui coach d’Alksandra Wozniak à la fédération canadienne. J’essaye de me servir de mon expérience de joueuse même s’il faut aussi, savoir mettre de côté ce passé d’ancienne sportive de haut niveau. C’est un métier frustrant car une fois que la joueuse est sur le terrain vous n’êtes plus maître du jeu.
Il faut gagner sa confiance, installer une complicité mais ne pas devenir copain”, lance Mehdi Daouki. ” Même si nous sommes parfois un point d’équilibre, une distance est nécessaire car nous devons parfois taper du poing. résume Stéphane Huet. L’objectif est d’apprécier et d’évaluer les besoins de nos joueuses, d’apporter des solutions“. Le coach doit s’efforcer d’ancitiper. “ Et de délivrer le bon message au meilleur moment “, martèle Nathalie Tauziat.

Un apport aux multiples facettes
L’apport est d’ordre technique, tactique et psychologique. ” Avec les filles on doit faire preuve de patience, de pédagogie, être toujours à l’écoute, s’adapter et se remettre en question“, souligne Stéphane Huet. ” On doit être aussi ouvert d’esprit, observateur et curieux“, renchérit Mehdi Daouki.

Encadrer. Ecouter. Rassurer. Porter. En permanence. L’entraîneur, disque dur du système tisse, au fil du temps et de sa propre expérience, une toile susceptible de contribuer ” à l’épanouissement de la joueuse sur le court et en dehors“, confirme Nathalie Tauziat, Et rien ne manque dans sa réflexion.

ERIC CAPOMACCIO

Coachs, la face cachée de la performance

Les + lus

Mehdi Daouki Coaching Blog - Learn To Win. Des conseils et des méthodes pratiques pour de meilleurs résultats.

Copyright © 2020, Mehdi Daouki Coaching Blog

To Top
Newsletter
Souhaitez-vous recevoir nos derniers articles ?
Fermer la fenêtre
Download Premium Magento Themes Free | download premium wordpress themes free | giay nam dep | giay luoi nam | giay nam cong so | giay cao got nu | giay the thao nu